1 Partage

Article écrit par :

Didier Pouillot

Responsable des marchés africains / Responsable de la practice Régulation et Marchés Télécoms

Face au défi de la digitalisation des gouvernements, de l’économie, et des individus, l’Afrique innove avec des modèles spécifiques de développements s’appuyant sur les dernières technologies.

L’Afrique présente des singularités qui façonnent un modèle de développement original. Tout d’abord, le faible pouvoir d’achat dans la plupart des pays a favorisé un marché low-cost, tant sur les services que sur les terminaux mobiles, dans un modèle pré-payé ; la migration vers les services de données pourra se faire dans cette même logique, avec des offres d’entrée de gamme tarifées au volume. A terme, la classe moyenne en développement permettra de sortir de la logique low-cost avec des offres à valeur ajoutée.

Par ailleurs, la région a pu bénéficier de la mise en place des dernières technologies dans une logique leapfrog, avec notamment l’usage des technologies sans-fils pour l’accès ; elle pourrait également profiter à terme des technologies innovantes telles que les constellations (drones, ballons, micro-satellites) pour desservir les zones rurales. Enfin, l’Afrique a su développer des services innovants, notamment dans le domaine financier (avec le succès bien connu de l’e-money), de la santé, de l’agriculture et de l’éducation. Ajoutons également les services d’entertainment, avec les pôles de production audiovisuelle déjà bien établis mais également les premiers pôles de jeux vidéo.

Ainsi, l’Afrique a vu émerger une filière numérique, avec la création de hubs technologiques, d’incubateurs de start-ups, de réseaux d’échange et de collaboration au niveau régional, avec le support des gouvernements locaux et des leaders internationaux du numérique.

Growth rate of the different services