0 Partage

Article écrit par :

Jacques Moulin

Directeur général

Les experts de l’IDATE DigiWorld ont dévoilé les enseignements clés du DigiWorld Yearbook 2019, rapport de référence qui analyse et fournit les évolutions majeures et grandes tendances de l’économie numérique qui changeront la donne ces dix prochaines années, dans différents secteurs : marchés des télécoms et de l’internet, services financiers et assurances, santé, énergie, industrie 4.0…

L’économie numérique : une croissance modérée

Avec une progression de 4,7 % en 2017, les marchés mondiaux du DigiWorld poursuivent leur marche à rythme régulier, mais en retrait sensible par rapport à la croissance de l’économie dans son ensemble. Surtout, après un brusque ralentissement en 2014, la dynamique en valeur des services des TIC a bien du mal à accélérer.

Services Internet : une dynamique toujours très forte

Le marché des services Internet poursuit sa progression rapide. Avec une croissance annuelle moyenne estimée à 11,5 % pour les prochaines années, il devrait dépasser 730 milliards EUR en 2021 et représenter près de 20 % des marchés du DigiWorld (7 % en 2014). L’essentiel du marché provient de quelques services, notamment le cloud. Si la publicité reste une valeur sûre, en particulier sur mobile, les services payants représentent la part la plus importante du marché de l’Internet et le segment le plus dynamique.

Les opérateurs télécoms : le défi de l’investissement pour le financement des réseaux

L’investissement des opérateurs télécoms au niveau mondial a dépassé 300 milliards EUR en 2017, en progression de plus de 5 % par an au cours des cinq dernières années, soit sensiblement plus que le rythme de croissance de leurs revenus (aux alentours de 1 % par an en moyenne). Autrement dit, l’effort est de plus en plus lourd pour les opérateurs et les besoins encore conséquents : déploiements THD en cours dans la plupart des régions du monde, émergence de la 5G… Le ratio CapEx/chiffre d’affaires est ainsi passé de 12,5 % en 2010 aux alentours de 17,5 % aujourd’hui en moyenne dans les cinq principaux marchés européens.

Contenus numériques : retour à la croissance

Après des années difficiles, en particulier pour l’industrie musicale et l’industrie vidéo, les industries du contenu retrouvent globalement le chemin de la croissance, exception faite encore de la presse. Si les résultats sont encore très divers d’une industrie à l’autre, il semble que des niveaux de dématérialisation élevés se traduisent soit par un retour à la croissance du secteur (cf. la musique et la vidéo), soit par un dynamisme important (cf. le jeu vidéo). À l’autre bout du spectre, le livre et la presse, tous deux encore fortement dépendants des revenus physiques, sont entre stagnation et décroissance.

La croissance devrait légèrement fléchir pour les trois industries motrices dans les prochaines années, tout en restant soutenue (entre 6.0 % et 9.5 % en moyenne annuelle), tandis que presse et livre devraient bénéficier d’une faible amélioration, la presse continuant cependant à voir ses revenus baisser. Dans tous les cas, le numérique tire la croissance (+11.7 % en moyenne annuelle sur les prochaines années) tandis que les recettes physiques plongent (-3.1 %), à l’exception du livre qui continue d’observer une progression mineure des ventes physiques en parallèle des ventes numériques.

L’adoption du modèle d’abonnement, qui accompagne la mutation de la consommation pour aller d’un modèle de détention à un modèle d’accès profite pleinement aux industries de la musique et de la vidéo, commence à séduire les lecteurs de la presse, mais peine à s’imposer dans le livre.

A l’horizon 2025, 140 millions de voitures seront connectées sur le sol européen

L’eCall est le système d’appel d’urgence européen basé sur un service public, permettant à un véhicule accidenté d’appeler instantanément et automatiquement (via le réseau cellulaire) les services d’urgence tout en envoyant sa position précise, et quel que soit le pays de l’UE dans lequel il se trouve.

Même si le système était déjà disponible sur de nombreux modèles récents, l’eCall est devenu obligatoire sur tous les nouveaux véhicules homologués depuis le 1er avril dernier.

Cette initiative européenne est donc un véritable levier pour le marché des voitures connectées, notamment en volume.