0 Partage

Article écrit par :

Samuel Ropert

Responsable de la practice IoT

Un marché qui explose, avec une base installée de 42 milliards  d'objets en 2015 et promise à une croissance de +14% par an d’ici à 2025

IDATE DigiWorld rend publique son analyse et ses prévisions sur le marché mondial de « l’Internet of things » (IoT). L’occasion de faire la synthèse des nombreuses études réalisés par l’Institut (voitures connectées, M2M, smart grids, smart cities, smart toys…) pour appréhender un marché, qui, bien qu’en plein essor, suscite toujours de nombreuses interrogations : décolle-t-il vraiment et à quel rythme ? Sur quels business models pourra-t-on vraiment compter ? Quels sont les acteurs et les pays les mieux placés pour tirer parti de cette nouvelle évolution de l’Internet ?

Si l’Internet of things est un concept fort, cela ne définit pas pour autant un marché en soi. En effet, l’IoT regroupe de nombreux domaines très différents, qui doivent être étudiés séparément pour bien analyser leurs spécificités et leurs réels potentiels de croissance.

Selon nos prévisions, le marché global de l’IoT passera d’une base installée de 42 milliards d’objets en 2015 à 155 milliards en 2025, correspondant à un taux de croissance annuel moyen de 14%.
Sans surprise, c’est le segment « Internet of Objects » (Internet des objets) qui domine de loin le marché de l’IoT, avec 80% du total, en raison d’une forte adoption par de nombreux secteurs (et grâce au très bas niveau de prix des tags).
Le segment des « Connected information devices » se classe en seconde position en volume, (13 % de la base isntallée), pour un taux de croissance annuel moyen de 13% sur la période.
Quant au segment « M2M » compte pour seulement 6% de la base installée.
Le plus petit marché en volume, qui est aussi le plus récent, est celui des « Wearables & connected objects », avec 1% en 2015. Mais c’est celui qui enregistre la plus forte croissance, avec un taux annuel moyen de 30% d’ici 2025.

Marché mondial de l’Internet of things, 2013-2025

schema_Internetofthings
Source : IDATE DigiWorld in « Internet of things », Octobre 2015

Face au poids des segments « Internet of Objects »  et « Connected information devices », le reste du marché est éclaté entre de nombreux verticaux :

  • Le marché des « Utilities » enregistre une croissance rapide, stimulée par la réglementation et les politiques publiques.
  • Les marchés des équipements électroniques et de l’automobile sont également d’ores et déjà très importants, tandis que le segment des « consumer electronics » intègre de plus en plus de connectivités à ses produits traditionnels (les caméras notamment)

Segmentation du marché mondial de l’Internet of things par secteur utilisateur, en 2015

schema_Internetofthings2
Source : IDATE DigiWorld in « Internet of things », Octobre 2015

Vers une nouvelle segmentation du marché de l’IoT

Pour clarifier l’analyse stratégique de cet ensemble hétérogène, IDATE  DigiWorld propose de décomposer le marché de l’« Internet of things » en quatre domaines. On peut en effet distinguer les produits appartenant aux applications de type « Consumer » et « Business », d’une part, et les différents types de connectivité, de l’autre :

  • « Siloed connectivity »  (connectivité en silo) : boucle fermée et liens dédiés entre les objets et les serveurs à travers une connectivité directe ou un hub (ex. un compteur intelligent ou encore un terminal de paiement)
  • « Interconnected connectivity » (connectivité interconnectée) : différents types de communication entre les objets eux-mêmes et les serveurs, principalement à travers le même hub (ex. les équipements de la maison : la machine à laver qui affiche un message de fin de cycle sur la TV)

Les quatre marchés clés de l’IoT qui en découlent font chacun l’objet d’une analyse détaillée dans le rapport :

  • schema_internetofthings3
    Source : IDATE DigiWorld in « Internet of things », Octobre 2015

    « M2M », qui couvre les boucles industrielles et les boucles fermées basées sur les applications.

  • « Wearables and connected objects », qui par définition ne communiquent pas entre eux.
  • « Industrial Internet », qui se réfère au concept de « Smart factory » avec interaction entre de multiples applications qui doivent optimiser leur process interne.
  • « Smart home », qui est un concept pour lequel les applications peuvent communiquer entre elles même sans accès à l’Internet.