4 Partages

Article écrit par :

Philippe Baudouin

Responsable de la practice Territoires Intelligents

La smart city s’est imposée depuis une dizaine d’année comme catalyseur d’une ambition à réinventer la ville, pour répondre aux défis auxquels elle est confrontée comme aux aspirations nouvelles de ses habitants. Le numérique tient une place particulière dans cette transformation urbaine.

Après plusieurs années centrées sur le déploiement d’infrastructures telles que les réseaux fibre optique et mobiles, l’attention se porte aujourd’hui sur les perspectives offertes par l’Internet des objets (IoT) et les objets connectés dans l’espace urbain.

IDATE DigiWorld estime à plus de 2 milliards le nombre d’objets connectés déployés d’ici cinq ans dans les villes, pour répondre aux besoins en mobilité, environnement, sécurité publique et gestion des flux, offrant ainsi de réelles opportunités pour le développement de services urbains innovants.

D’aucuns voient dans l’IoT, couplé aux capacités de traitement des données qu’il génère, un nouvel eldorado pour les villes et les opérateurs de services urbains, et le moyen de transformer durablement les relations à/dans la ville.

Le nombre de projets engagés dans des smart cities (en Europe, les déploiements de l’IoT dans la ville de Santander en sont un bon exemple), le positionnement des opérateurs de services urbains, des start‑up spécialisées dans l’IoT mais aussi des laboratoires de recherche, confirment cette dynamique et la conviction des potentiels de marchés et d’utilisations qu’ils recèlent.

L’enjeu de la normalisation et de l’interopérabilité

L’effervescence autour du déploiement actuel de l’IoT urbain s’accompagne encore principalement de solutions propriétaires répondant à des champs d’application verticaux. Quelques standards tendent à émerger mais des travaux restent à conduire pour assurer l’interopérabilité des systèmes déployés, harmoniser les formats de données afin d’en favoriser une exploitation transversale et des traitements croisés en dehors des champs d’application d’origine.

Pour la smart city, cet enjeu est primordial dès lors que l’on se projette sur un déploiement massif, au-delà des périmètres encore restreints des projets actuels.

Il s’agit alors pour la ville de se positionner comme gestionnaire majeur d’un nouveau patrimoine constitué des données publiques urbaines, ces dernières émanant de producteurs publics ou privés.

Des domaines d’application prometteurs pour répondre aux enjeux du développement des villes

Les projets en cours de déploiement visent à proposer de nouvelles réponses aux enjeux du développement des villes. Parmi les enjeux majeurs, la mobilité (au travers de projets visant à optimiser la gestion du trafic ou du stationnement), l’énergie (depuis l’éclairage public jusqu’à l’efficacité énergétique des bâtiments), l’environnement (par une meilleure prise en compte des pollutions urbaines et de la gestion des ressources) et la sécurité publique (par une meilleure anticipation d’événements indésirables) concentrent tout naturellement une part importante des initiatives en cours. À ces projets portés par les acteurs institutionnels et les opérateurs de services, il faut ajouter les initiatives portées par les citoyens visant à exploiter les données urbaines (notamment via des plateformes de crowdsourcing) pour renforcer leur participation à la vie de la cité.

Les premiers retours d’expérience laissent entrevoir de réels bénéfices pour la smart city. Toutefois, des incertitudes demeurent quant aux conditions pour assurer un déploiement massif de l’IoT urbain. Les projets engagés devraient permettre d’affiner les modèles économiques et de mieux comprendre les mécanismes d’appropriation par les acteurs de la ville et les citoyens.

Cet article est extrait de l’édition 2017 du DigiWorld Yearbook

À propos du DigiWorld Yearbook

Le best of des analyses des équipes spécialisées d’IDATE DigiWorld, qui suivent toute l’année le développement des marchés télécoms, internet et médias à travers le monde.

Le DigiWorld Yearbook est publié en français et en anglais et est accessible en version papier et PDF

L’édition 2017 sera disponible le 6 juin aux tarifs suivants : Papier : 100 € HT et PDF : 65€ HT

Best-of DigiWorld Future 2016

×