0 Partage

Article écrit par :

Samuel Ropert

Responsable de la Practice IoT

Quels sont les enjeux et les perspectives d’investissement ? Par définition, il est communément admis que l'automatisation pourrait être formulée sur six niveaux en ce qui concerne la manière dont un système de conduite automatisé gère les manœuvres de conduite dynamiques sur la durée.

Toutefois, au-delà de l’enjeu technologique, le décollage du marché de la conduite autonome fait encore face à de nombreux défis, à savoir :

  • d’ordre juridique : qui sera tenu responsable en cas d’accident ?
  • d’ordre culturel : différentes enquêtes montrent qu’il n’y a pas de demande réelle des utilisateurs finaux pour ces voitures auto-conduites.
  • d’ordre financier : des interrogations se sont également manifestées autour du financement des infrastructures.

La voiture autonome sera considérée comme une plateforme sur laquelle des services supplémentaires seront fournis.

La servicisation permet en outre de modifier le schéma de consommation lui-même, car il permet l’introduction d’un modèle de voiture en tant que service, ce qui pourrait conduire à la fin de la détention de véhicules par des particuliers. La location et le partage de voitures gagnent déjà du terrain, et l’entrée en jeu des véhicules autonomes devrait encore renforcer cette tendance. Selon un rapport Edmund, aux États-Unis le volume des locations de voitures a atteint un record de 4,3 millions d’unités en 2016, complétant une période de cinq ans au cours de laquelle les locations ont augmenté de 91 %.

Les services de shared-car introduits par Uber et Lyft sont en tête d’une tendance à l’achat de services de mobilité en lieu et place de la possession du moyen de transport. Comme décrit ci-dessous, le concept de véhicule en tant que service comprend en règle générale une variété d’options pour les clients, leur permettant de choisir les véhicules et les itinéraires qui conviennent le mieux à leurs exigences pour différentes occasions.

Grâce aux applications mobiles, ces services collectent des renseignements personnels ainsi que des informations non identifiables sur l’emplacement et les trajets parcourus. Associé à des données de trafic en temps réel et des informations issues des conducteurs participants, le modèle de véhicule en tant que service se traduisent pour les utilisateurs par des économies de temps et d’argent par rapport aux services de mobilité classiques tels que les courses de taxi.

Outre les acteurs indépendants tels que Uber et d’autres entreprises qui fournissent une plateforme mettant les conducteurs de voitures en relation avec les clients, les services de partage de voiture ont également commencé à attirer d’importants fabricants automobiles, tels que GM, Volkswagen, Daimler et BMW.

L’introduction de véhicules autonomes sur les routes aura par conséquent des répercussions sur les habitudes de transport, mais également sur l’écosystème de transport dans son ensemble.

Différentes interrogations sont soulevées au sujet de la manière dont la smart city et smart car seront liées. Les collectivités urbaines sont en effet souvent impliquées dans le financement des infrastructures de transport.

Depuis plusieurs années, les villes ont revu leurs politiques publiques en matière de transport afin :

  • De changer la répartition modale des transports en limitant l’utilisation des voitures individuelles et en développant des systèmes de transport public, diminuant ainsi l’emprise des voitures sur le trafic urbain, optimisant l’occupation des espaces, réduisant les émissions toxiques, etc.
  • D’améliorer le temps nécessaire pour la transition vers le nouveau paradigme, en offrant aux résidents des solutions de rechange aux transports publics qui, malgré tous les efforts engagés par les mairies, ne peuvent répondre à toutes les exigences des utilisateurs.
Figure : Chaîne de valeur des services de smart mobility
Source : IDATE DigiWorld, Smart Cities & IoT, Novembre 2016

Au-delà du transport, les véhicules autonomes conduiront également à des impacts sociétaux supplémentaires en termes d’urbanisation et de modes de vie.

Avec des moyens de transport multimodaux et intelligents, le paysage urbain pourrait être totalement repensé et redessiné pour une meilleure qualité de vie des habitants.