2 Partages

Article écrit par :

Jacques Bajon

Consultant, BU Média-Télécoms / Media, distribution, convergence telecom-media

Grâce à l’avènement de la 5G, on pourra constater un changement de paradigme dans le marché vidéo.

La 5G ouvre de nouvelles perspectives

Selon le dernier rapport de l’IDATE DigiWorld, la 5G ouvre un nouveau potentiel de croissance pour le divertissement audiovisuel, en couplant nouvelle expérience utilisateur et levier de croissance sur une base mondiale de millions de terminaux smartphones et tablettes. Le potentiel de rupture devient alors majeur : réalité augmentée et réalité virtuelle, diffusion UHD en vidéo 360 °, réapparition du téléchargement. C’est un nouvel horizon qui pourrait s’ouvrir pour le consommateur

La 5G Vidéo sur les starting block

Le lancement de la Vidéo en 5G débutera courant 2019  et s’appuiera en suivant sur les événements sportifs clés.Ainsi, la Coupe du Monde de Rugby et les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo susciteront un très grand intérêt et vont drainer beaucoup d’audience. De même, dans les tribunes nord-américaines et européennes, des rencontres sportives permettront de tester et de présenter la 5G Vidéo, y compris les qualifications de l’Euro de football 2020.
La Vidéo de divertissement se développera de plus au-delà du secteur des médias, notamment les espaces publics et l’automobile.

4 évolutions services majeures

  • L’essor du marché de la vidéo 5G devrait se concrétiser autour Des médias en ultra haute définition: nouvelle visualisation hautement immersive avec des images ultra-nettes, à très fort contraste et un son multicanal inégalé, offrant contenus linéaires (programmation en direct, diffusion en continu) et non linéaires (à la demande).
  • Du divertissement dans les lieux publics: nouvelles expériences utilisateurs dans les sites d’événements de grande envergure (salles de concert, stades,…) Des contenus vidéo générés par les utilisateurs et du crowdsourcing: les personnes et les objets captureront et partageront de plus en plus de contenus en lien avec le cloud. Selon les professionnels des médias, il reste encore du travail à faire sur les normes et la qualité du contenu, avec de grandes attentes pour la radiodiffusion 5G.
  • Médias immersifs: les performances de la 5G permettront des expériences vidéo hautement interactives à la maison, dans des lieux publics et en mobilité. Mais dans un premier temps, il faudra se familiariser avec le standard.

De nouveaux cas d’utilisation et nouvelles opportunités suivront. Au-delà des perspectives claires d’émissions vidéo améliorées (y compris FWA) et 5G, la chaîne de valeur va se métamorphoser, tirée par l’innovation et le contenu. Les modèles et les solutions du marché vont rapidement émerger.

Les yeux rivés sur « l’économie de l’attention »

Les développements vont s’accélérer. Jusqu’à présent, le contenu et les services vidéo ont été parmi les principaux usages et moteurs de l’adoption du haut débit et très haut débit, et pourraient jouer un rôle similaire dans l’adoption de la 5G. La demande de contenu et de services audiovisuels n’a jamais été aussi élevée, les services existants et les nouveaux services sont soumis à une concurrence acharnée.
Compte tenu des lancements commerciaux prévus pour 2019 et 2020, la 5G vidéo deviendra la un marché consistant à partir de 2023. À cette date, on pourra compter 800 millions de cartes SIM 5G, avant de passer à plus de 2 milliards de cartes SIM 5G en 2025. Ce qui représente une croissance vraiment remarquable.

Un marché potentiel  de 145 milliards d’euros d’ici 2030

Si les planètes sont alignées, le marché mondial pourrait atteindre 145 milliards d’euros d’ici 2030. L’Asie-Pacifique bénéficiera de son effet de parc pour être en tête sur ce marché, suivie des États-Unis et de l’Europe.

Cependant, il existe tout de même des zones d’ombres. D’une part, le niveau d’engouement des consommateurs pour de nouvelles offres ne peut être totalement garanti, et les prix grand public (services, terminaux) seront un facteur déterminant de succès. D’autre part, les modèles économiques doivent être repensés pour que ce standard tienne ses promesses en termes de revenus générés en payant comme en publicité. De plus, de nouvelles formes de collaboration seront à définir entre acteurs de la distribution, généralement concurrents entre eux.

Finalement, on peut se demander qui s’emparera de la valeur sur le marché  : les opérateurs télécoms, les acteurs des médias, ou les géants de l’Internet ? Ces derniers semblent bien armés avec leur avance sur la collecte, le traitement des données utilisateurs et l’IA, sur l’AR/VR et leur savoir-faire publicitaire.