0 Partage

Article écrit par :

Yves Gassot

Ancien Directeur général

Je quitte IDATE DigiWorld dans quelques semaines après de très nombreuses et passionnantes années. Permettez-moi ici de dire pourquoi je suis confiant.

D’abord, je suis convaincu que Jacques Moulin saura, avec la confiance du conseil d’administration et de son président, ainsi qu’avec le concours de l’excellente équipe qui désormais l’entoure, définir une nouvelle séquence de croissance et de succès pour l’institut.

Je pourrais mettre en avant notre robustesse à un moment où IDATE DigiWorld fête ses 40 ans. Mais cela ne suffit pas, même si je suis fier d’avoir contribué à faire évoluer l’institut sans renier l’esprit dans lequel ses fondateurs l’ont créé.

Ma confiance réside surtout dans le modèle original et robuste d’IDATE DigiWorld : une plateforme qui cultive la synergie des liens entre ses deux faces. D’un côté, l’adhésion d’une soixantaine de grands groupes industriels, et de l’autre, des équipes spécialisées et reconnues d’analystes et de consultants. Les premiers nous assurent l’indépendance de notre gouvernance par leur diversité, la proximité avec les problématiques de l’industrie et l’exigence d’une plus grande ouverture internationale ; les seconds nous donnent la pertinence et la capacité à nourrir le débat par des chiffres de référence et des analyses de qualité, à travers des activités de think tank de haut niveau (IDATE DigiWorld Institute), une pratique rigoureuse de veille internationale IDATE DigiWorld Research) et des compétences d’étude et de conseil (IDATE DigiWorld Consulting). Des marges d’évolution et de progrès existent des deux côtés : de nouveaux membres en ciblant les entreprises engagées dans la transformation numérique, et des équipes renforcées dans leur compétence, leur professionnalisme et leur capacité de rayonnement à l’international.

Naturellement, il faut rester agile et savoir adapter ce modèle et le faire évoluer. Les opportunités ne manquent pas ; citons les priorités que nous nous sommes fixées dans la période : les villes intelligentes, l’Afrique numérique ou l’accompagnement des grands consortiums de R&D. Ces thématiques doivent aussi être des occasions d’améliorer l’équilibre économique de l’institut.

Au-delà du modèle, je souhaite qu’IDATE DigiWorld continue de faire vivre son originalité dans la façon dont les membres de l’association et les salariés construisent ensemble leur projet, en défendant les principes d’indépendance et d’ouverture, et en partageant leur enthousiasme pour décrypter ce nouveau monde numérique qui ne fait qu’émerger.

Je rappelle également que la dernière édition de notre rapport annuel « DigiWorld Yearbook » est enfin publiée. Ce best-of de nos analyses publié chaque année, présente un état des lieux de tous les marchés du numérique dans le monde.

Best-of DigiWorld Future 2016

×