5 Partages

Article écrit par :

Roland Montagne

Directeur du développement commercial / Analyste principal Broadband & marchés FTTx

Jean-Dominique Seval

Directeur du Pôle Research, Directeur général adjoint

La participation de l'IDATE DigiWorld à la conférence annuelle du FTTH Council Europe (13-15 février, Valencia, Espagen) a été l’occasion de présenter la 16e édition de son suivi du déploiement du FTTH/B dans 39 pays européens. Un point de vue unique, basé sur des centaines d’interviews conduites auprès des opérateurs et des porteurs de projets, réalisées en Europe mais également dans le cadre des différents FTTH Councils LATAM, APAC, Middle-East & North Africa, et plus récemment Africa.

Interview de Roland Montagne, réalisée par Jean-Dominique Seval.

Q : Où en est aujourd’hui l’Europe du Très Haut Débit ?

La bonne nouvelle est l’augmentation pour la deuxième année consécutive du nombre d’abonnés et des foyers raccordables (homes passed). On comptait près de 52 millions d’abonnés pour 148 millions de foyers raccordables à fin septembre 2017. La progression est d’ailleurs surtout notable pour les abonnés, +16,6 % en en un an, alors que les foyers accordables ont augmenté de 7 % sur la même période. Cela démontre que les opérateurs se concentrent plus sur la commercialisation des accès FTTH que sur leurs déploiements, dans certains pays.

Ce sont en effet près de 100 millions de foyers qui sont en mesure de s’abonner dès à présent et qu’il s’agit de convaincre.

Cette accélération des abonnés sur l’ensemble des pays étudiés masque, comme c’est souvent le cas en Europe, de grands écarts. Pour les pays en tête de peloton, en ne retenant que la technologie FTTH/B, plusieurs groupes doivent être distingués.

  • La Russie et les pays baltes sont largement en tête, avec un taux de couverture de la population de plus de 90 %, en raison notamment d’une adoption rapide de la fibre en l’absence d’un réseau cuivre performant préexistant.
  • Les pionniers du nord de l’Europe ont atteint ces taux depuis déjà plusieurs années.
  • L’Espagne et le Portugal se distinguent par un rattrapage rapide, qui leur permet d’afficher des taux de couverture respectivement de 88 et 98 %.

J’en profite pour souligner que la France a bien amorcé son rattrapage, avec une croissance des abonnés de 34 % en 2017.

European general ranking: FTTH/B Subscribers
 

Q : Quelles sont les principales tendances que vous avez observées en ce début d’année ?

Plusieurs points sont particulièrement intéressants, qui permettent d’identifier des tendances clés pour les années à venir.

L’Europe représente toujours un formidable potentiel de croissance

De grands pays européens sont en effet encore en phase d’équipement. Mais les choses bougent rapidement en ce moment.

  • L’Allemagne se mobilise, notamment à travers certaines villes ou des acteurs comme Deutsche Glasfaser. À noter également le plan national ‘Gigabit for Germany’.
  • Au Royaume-Uni, également en retard en raison du choix de s’appuyer sur le réseau cuivre en VDSL avant de passer à la fibre, des acteurs entendent profiter de cette fenêtre d’opportunité pour développer leur activité, comme CityFiber ou Gigaclear, d’ailleurs récompensé par le FTTH Council Europe Awards 2018.
  • La France est clairement au milieu du gué, avec des objectifs ambitieux encore à satisfaire.
  • L’Italie, qui a été longtemps en avance grâce aux investissements pionniers de Fastweb, entend refaire son retard actuel, comme le montre le succès du projet Open Fiber porté par l’électricien Enel, qui a déployé plus de 2,5 millions de prises à janvier 2018.

Le 5G est un nouveau facteur de dynamisation du marché de la fibre

Le calendrier de la 5G a été encore une fois avancé, avec des premières ouvertures commerciales annoncées en Asie mais aussi aux États-Unis, dès la fin de cette année. Les opérateurs ayant pris de l’avance dans le déploiement de la fibre vont bénéficier d’un avantage concurrentiel lorsque les nombreuses antennes nécessaires à la couverture des territoires en 5G vont devoir être raccordées au réseau fibre.

C’est ainsi que Verizon entend mettre en adéquation son réseau Très Haut Débit en déployant la fibre destinée en priorité au bon fonctionnement de son futur réseau 5G, comme l’indique l’annonce du contrat de 1 milliard USD passé avec Corning (et Prysmian) en septembre 2017.

Les producteurs de fibre optique sous haute tension

Ce fait est moins connu, mais il mérite d’être souligné. La très forte demande asiatique et nord-américaine en câble pour les réseaux FTTH/B fait craindre une rupture d’approvisionnement de la fibre pour les opérateurs en pleine phase de déploiement.

Le fait que la demande venant d’Europe soit étalée dans le temps va permettre aux opérateurs de la zone de ne pas trop souffrir de cette tension sur les approvisionnements.

À noter au passage qu’un des leaders mondiaux du domaine, aux côtés de Corning, Prysmian et Furukawa, est le câblier chinois YOFC (pour Yangtze Optical Fibre), qui bénéficie du dynamisme des opérateurs chinois.

Q : Comment décririez-vous la place singulière qu’occupe l’Europe dans le monde du Très Haut Débit ?

L’Europe occupe, comme on l’a vu, une place particulière au sein du marché global du Très Haut Débit. Nos prévisions (réalisées dans le cadre de notre base de données sur le marché mondial du Très Haut Débit) font état d’un marché mondial qui atteindra 674 millions d’abonnés pour le seul FTTH/B contre 469 millions en 2017.

L’enjeu pour l’Europe est de tenir sa place afin de disposer dans les prochaines années d’une infrastructure en mesure de soutenir le formidable développement des usages numériques. Cela se fera en tenant compte de la diversité européenne qui, si elle ne représente aujourd’hui que 12 % des abonnés FTTH/B dans le monde, est en tête du nombre d’abonnés via la technologie VDSL (39 % du total mondial), tout comme elle est très bien placée pour le câble avec une part de 29 %.

Je reste confiant dans la capacité de l’Europe à combler les retards observés dans certains pays clés, qui se fera par une mobilisation des investissements ainsi que par une réorganisation du paysage stratégique.

Geographical breakdown of the three main superfast broadband architectures

Tags